UP

Plaisir de la défaite, le secret du panache
avatar

dans blog — Brennos le 17 août 2011 à 13 h 09 min

Aimer les jeux vidéos de guerre en ne sachant généralement que remporter incidemment des victoires à la Pyrrhus ? Conserver le plaisir du jeu intact défaite sur défaite, raclée après massacre ? Possible. À condition de posséder une botte secrète. La mienne, c’est l’idée du panache. Pas le panache lui-même. Celui-ci appartient aux héros véritables, Cyrano de Bergerac ou Albrecht von Wallenstein ou encore Léonidas. L’idée du panache elle ne s’applique qu’aux escrocs rêveurs comme moi.

Rappelons l’objectif de la manœuvre : rendre la partie amusante et stimulante malgré la quasi certitude de la défaite. Au plus haut niveau, cette botte secrète permet même de terminer la partie la tête haute en inspirant presque à son adversaire victorieux une crainte révérencielle. Bravoure gratuite, pleine d’élégance et d’allant, le panache est avant tout une attitude, un style. Dans un jeu de stratégie en temps réel de type Warcraft ou Starcraft, si vous êtes comme moi, vous affronterez sûrement un jour un gamer redoutablement efficace. Alors qu’il aura vendu son âme contre la maîtrise de la micro-gestion, vous serez face au choix cornélien de gérer la production de votre base ou de vous occuper d’unités militaires regrettant déjà le temps où elles n’étaient que de vagues idées perdues au fin fond de l’esprit malade de quelqu’écrivain ou concepteur de jeux vidéos. À ce moment là, vous pourrez rendre les armes et débrancher votre ordinateur, désabusé. Ou alors faire illusion, jouer le panache pendant la partie, puis l’invoquer en vous lissant la moustache entre le pouce et l’index une fois la défaite consommée. Là encore, l’idée de la moustache compte beaucoup plus que la moustache elle-même, au demeurant superflue pour les professionnels du panache. (more…)