UP

Catalogne, terre de châteaux malgré la Castille
avatar

dans blog — Brennos le 26 novembre 2012 à 18 h 25 min

À l’heure où les Catalans viennent d’élire leurs représentants à la Généralité de Catalogne, leur parlement, la question de l’indépendance politique de cette région occupe tous les esprits. Au moins autant que les sujets économiques. Mais plutôt le Diable que de m’improviser politiste du samedi soir, laissons les analyses à ceux dont c’est le métier et parlons plutôt châteaux. Châteaux de chair, de sang et de culture, ces golem géniaux dont les Catalans ont le secret : les Castells.

En bon français traditionaliste, enfant de la République Une et Indivisible, je n’ai jamais eu beaucoup d’affection pour les régionalismes. Sans être non plus un aficionado, loin s’en faut, de la centralisation parisienne ou des doctrines d’assimilation forcée. Par exemple je trouve toujours très amusant de faire des blagues sur les Bretons et la Bretagne au vu des réactions de protestation que cela provoque systématiquement, ce en vertu de la loi cosmique bien connue qui veut que dans tout groupe humain francophone d’au moins dix personnes, il s’en trouve au moins un pour se dire breton. Mais je m’égare au point d’en oublier le sujet de ce billet : les Castells donc !

Ma découverte des Castells date de septembre dernier, lors d’un séjour à Barcelone, pendant les fêtes de la Mercè, Sainte Patronne de la ville. Pendant plusieurs jours d’affilé, toute la capitale est en fête et la culture catalane s’exprime alors avec une force que l’immigré picard vivant à Paris que je suis ne pouvait imaginer.

Car il ne s’agit pas pour les participants à ces manifestations culturelles de porter un chapeau rigolo une fois par an pour faire plaisir aux grands-parents. Les membres des colles de castellers se réunissent au minimum une fois par semaine pour suivre un entraînement extrêmement rigoureux et intergénérationnel. Il est tout de même question d’empiler des tas de gens les uns sur les autres et de constituer jusqu’à huit, neuf, dix étages ! Une discipline autrement plus constructive – si, si – et impressionnante que de crier « Olé ! » en mangeant de la saucisse pimentée tandis qu’un boucher en paillettes s’amuse à larder cruellement de coups vicieux un représentant malchanceux de la gent bovine.

Enfants perchés en haut d'un castellMa première réaction en assistant à un entraînement de castellers fut de m’inquiéter pour les enfants. Si l’on veut réaliser des structures à étages, il faut des hommes costauds avec de gros mollets, de grosses épaules. Et au fur et à mesure que l’on s’élève, des poids légers, des femmes, des adolescents, et pour les étages les plus hauts, de tout petits bouts de chou casqués et dont l’intrépidité n’a d’égale que leur inconscience. Tombés dans la marmite étant petits, ils voient leurs parents faire depuis qu’ils sont nés.

Parfois, le souvenir de chutes passées les font refuser de grimper mais si la fréquence des écroulements est proportionnelle à l’ambition des structures proposées au public. Les blessures graves sont relativement rares : tout en bas, une foule compacte de castellers fait pression pour maintenir la base et soutenir l’effort des porteurs et amortissent de leurs corps pressés les chutes des voltigeurs. J’ai ainsi pu participer à plusieurs entrainements de la colla des castellers de la Vila de Gràcia  ainsi qu’à l’actuar  – représentation –  des fêtes de la Mercè.

Les type de structures sont nombreux et portent des noms de code simples à comprendre : le pilar de 4 est un pilier de 4 personnes… et ces colonnes humaines sont parfois mouvantes, alors appelées pilar caminat comme dans cette vidéo.

 

 

Un empilement de groupes de 3 personnes sur 7 étages sera un 3d7, de deux personnes sur 8 étages un 2d8. Et comme cette dernière structure est extrêmement difficile à réaliser, il est nécessaire de placer une base sur la base, structure appelée alors 2d8 amb folre carregat. Dans la vidéo qui suit, les castellers de la Vila de Gràcia réussissent à monter ce castell mais le château s’effondre brusquement lors du démontage.

Je faisais partie de la base à ce moment. Cette colla n’a aujourd’hui encore jamais réussi à démonter proprement une telle structure. De l’intérieur, la tension était palpable, le jeu des forces incroyable. Comme toujours, le son nasillard des gralles, bombardes catalanes, et les tabals – percussions –   accompagnent le montage des différents étages selon une mélodie précise connue de tous. Les castellers, forcément aveugles, savent alors exactement où en est le processus, quand l’enfant au sommet lève le bras en haut pour annoncer le couronnement du castell, puis quand tous commencent à redescendre.

Invisibles, des femmes peinent également au cœur de l’édifice, servant littéralement de cales aux gros bonshommes constituant la base. Unetelle supporte de son corps frêle mais néanmoins vigoureux un biceps, plaquée sous une aisselle. Telle autre se trouve bloquée entre deux dos au cœur du castell, clef de voute indispensable pour empêcher les fondations d’imploser. Souvent au prix de douloureuses courbatures.

Et tout au long de l’actuar, ordres et échanges verbaux fusent. Pour demander aux membres de la base de pousser ou de relâcher la pression à tel ou tel endroit, à tel côté de tel étage de compenser une secousse engendrée par un enfant grimpeur etc.

Ce qui semble ainsi à l’œil non averti une exhibition folklorique certes impressionnante mais ne semblant requérir que beaucoup de muscles et d’inconscience s’avère être une véritable prouesse humaine et technique. Les colle possèdent généralement leur équipe technique pour attribuer les postes et faire progresser la troupe.

À l’issue d’une représentation importante, il n’est pas rare de voir des larmes d’émotion couler tant la tension, la joie et/ou la déception sont grandes. Au moment de l’écroulement de la 2d8 amb folre carregat   montée lors des fêtes de la Mercè 2012,  j’ai pu sentir le déséquilibre naître et s’amplifier, les exclamations fuser. Et dans la base, tous nous nous sommes pressés les uns contre les autres, tête rentrée dans les épaules, corps serré de toutes nos forces contre notre voisin de devant. Et les corps de choir. Je crois que j’ai reçu un bout de quelqu’un quelque part, la conjugaison des forces de tous amortissant les chocs. À mon grand soulagement.

Il y aurait sans doute encore beaucoup à dire sur les Castells, exemples parmi d’autres de la vivacité de la culture catalane, d’un régionalisme pacifique et ouvert. C’est en tout cas ainsi que j’ai eu la chance de le vivre, touriste français accueilli à bras ouverts par les Castellers de la Vila de Gràcia, honoré d’avoir pu prendre part à l’une des représentations barcelonaises les plus importantes de l’année.

Et pour prouver qu’on peut sortir d’une crise par le haut, quoi de mieux pour conclure ce billet qu’un Pilar al Balcó ou pilar au balcon, ou comment démonter un Castell depuis le Ciel…

13 Comments »

Leave a comment

  1. avatar
    Coloquinte

    posté le 26 novembre 2012 @ 18 h 37 min

    Ouah! le p’tit bout !

  2. avatar
    MrGroar Von Valendras

    posté le 26 novembre 2012 @ 19 h 35 min

    Tu dis que « en vertu de la loi cosmique bien connue qui veut que dans tout groupe humain francophone d’au moins dix personnes, il s’en trouve au moins un pour se dire breton », il y a aussi celle qui dit que « dans tout concert n’importe où dans le monde, il y a au moins un spectateur qui brandit le drapeau breton ».

  3. avatar
    Sam

    posté le 26 novembre 2012 @ 22 h 11 min

    Tu as dévalisé Lexity Brennos ?

    La prochaine fois averti d’avance, je serai préparé !

  4. avatar
    Caled

    posté le 26 novembre 2012 @ 23 h 16 min

    Le Breton est un et indivisible!

  5. avatar
    .Mathilde.

    posté le 27 novembre 2012 @ 5 h 31 min

    Ah ! Les fameux 🙂 Tu avais bien révisé ta copie en fait 🙂
    Je n’avais pas réalisé que c’était des mini-pouces les tous derniers. Mais les enfants sont bien plus agiles de leur corp que les adultes, donc c’est logique.

    Article interessant en tout cas, je devrais traîner ici plus souvent moi !
    Bonne journée !

  6. avatar
    Yoyo

    posté le 27 novembre 2012 @ 11 h 58 min

    Et les autres châteaux «immortels» de l’Espagne:

    http://www.youtube.com/watch?v=Ti4tTvoF_5M

  7. avatar
    SembreEnDevant

    posté le 27 novembre 2012 @ 15 h 04 min

    La Catalogne n’est pas l’Espagne car on voit que les châteaux en Catalogne ne sont pas des châteaux en Espagne.

    Du coup, j’en profite pour glisser une question revendicative et gameuse, le personnage de Sembre étant en Catalogne et parlant (enfin moi) catalan mieux qu’Espagnol : pourquoi est-ce que le forum du jeu et ses censeurs sont ils totalement contre le bilinguisme, imposent ils l’espagnols et bannissent-ils les récalcitrants ?

  8. avatar
    Brennos

    posté le 27 novembre 2012 @ 15 h 23 min

    Il est possible de jouer en catalan http://www.elsregnes.com/

    Les traducteurs catalans sont parmi les plus actifs dans le jeu. Je n’ai pas le règlement forum catalan en tête mais écrire en catalan est autorisé dans le comté en question, la seule obligation si mes souvenirs sont justes, consiste à mettre une traduction en castillan car les deux langues sont des langues officielles pour le jeu, dans la zone catalane.

  9. avatar
    Yoyo

    posté le 28 novembre 2012 @ 10 h 40 min

    SembreEnDevant vit dans un monde de fantaisie.

    Catalogne est l’Espagne depuis qu’il existe l’Espagne comme état. Qui affirme le contraire il dénature la vérité.

  10. avatar
    Luca Verona

    posté le 28 novembre 2012 @ 15 h 18 min

    Nice to see you visited our kingdom 🙂 As far I saw you enjoyed, nice and wellcome everybody to Catalonia!

  11. avatar
    Puigaubert

    posté le 31 décembre 2012 @ 20 h 27 min

    Cher ami (si tu me le permets) Brennos, tu dis ne vouloir pas t’improviser politiste du samedi soir, mais tu finis pour donner ton avis sur la Catalogne et la question de l’indépendance catalane. Si cela ne te dérange pas je te donne le mien comme catalan irl. Je te suggère à penser à la Catalogne comme tu le fais au Quebec, alors, crois tu peut-être que les quebecois sont un régionalisme canadien? ou peut-être ils sont un peuple en minorité à defendre sa identité dans l’état canadien? Donc, c’est pareil pour nous, les catalans. Je crois que ça t’aidera à comprendre le cas catalan.

    Par ailleurs, tu parles comme « bon français traditionaliste, enfant de la République Une et Indivisible ». Il y a beaucoup de « bons espagnols traditionalistes, enfants de l’Espagne Une et Indivisible » mais je t’informe que « Espagne, traditionaliste, Une et Indivisible » était la devise de l’Espagne du Général fasciste Franco qui a roulé l’Espagne pendant presque demi-siècle. Et on ne blague pas avec ça; la démocratie espagnole est une jeune démocratie de seulement 30 ans, je suis assez jeune et je suis né et une petite part de ma vie s’est épanouié sous la dictature fasciste du Général Franco. Je me souviens de voir le Général fasciste sur notre TV en étant un enfant, ça n’est pas si loin, c’étaient les temps du Président Pompidou…

    Mais je m’éloigne du sujet, tu parles comme « bon français traditionaliste, enfant de la République Une et Indivisible »; pour moi ce concept est déphasé, c’est un concept des siècles XIX et XX mais aujourd’hui, au XXIème siècle, on ne doit pas parler des anciennes nations mais on devrait parler de l’Europe et j’aimerais te parler comme « citoyen européen de la Catalogne ». Idéalement on devrait avoir un vrai gouvernement européen, une seule armée européenne, une seule banque centrale européenne, les mêmes lois générales pour tous les citoyens européens, un seul un corps judiciaire européen, une police européenne, etc. Les États Unis d’Europe à l’image des États Unis d’Amerique. Et je me’n fout de qui serait le Président, le grand chef d’armée, le chef de la police ou le ministre de Justice de ces États Unis d’Europe. Ils peuvent être français s’ils ont la capabilité pour le charge. En fin de compte, on ne veut pas un état independent strictement mais un état dans l’Union Européenne. Il y a 50 états dans les États Unis d’Amerique, et aujourd’hui il y a 27 états dans l’Union Européenne, par consequent, la Catalogne, l’Ecosse ou la Flandre ont de lieu dans ces « États Unis d’Europe ».

    Tu n’as pas d’affection pour les régionalismes … mais … qu’est-ce que c’est le régionalisme? Ça que vous appelez régionalisme ou nacionalisme dans le cas catalan, et d’autres, est le même que vous appelez patriotisme dans le cas français; cela est le désir et la volonté de faire partie à un peuple, de se gouverner à lui même et de conserver la culture, la langue et la tradition, ces sont les sentiments de notre peuple catalan. Et ce désir et volonté de faire partie à un peuple sont pareilles pour les français, les catalans ou les québecois. La réalité catalane, comme la quebécoise, est une réalité civique avec un lien rationnel entre tous ceux qui voulons faire partie à notre peuple, peu importe la race, religion, coleur de la peau, lieu de naissence, genre, langue ou ethnie, contrariement à le nationalisme ethnique qui tend à la violencie et l’haine. Et c’est l’avenir de notre peuple ça qu’on veut décider d’une façon libre, démocratique et pacifique. Mais l’Espagne l’interdit car l’Espagne n’est pas un État avec une longue tradition démocratique au contraire du Canada ou du Royaume Uni.

    Pour les Castells (châteaux), je suis citoyen barcelonais et les castells de notre ville sont assez bien mais on doit aller environ 100km au sud de notre ville, dans la région du Penedés, la mecque des châteaux et là où ils sont été nées au XVII – XVIIIème siécle. En Penedés on a la chance de voir des plus grands et hauts châteaux … le « 3 de 10 » (10 étages avec 3 personne/étage), le « 2 de 9 » (9 étages avec 2 personne par étage), le « 3 de 9 », le « 5 de 9 » (9 étages avec 5 personnes par étage) ou le gégant « 9 de 8″ (8 étages avec 9 personne par étage » ou le « pilar (pilier) de 8 personnes. En cette région du Penedés et environs tu pourras jouir aussi de quelque des mieux vins d’Europe (le noir du Priorat et les blanc du Penedés et le cava champenois du Penedés), quelque du mieux huile d’olive et de leur grastronomie (una classe de salade à la sauce du xató, les calçots, riz « caldós », soupe « escudella », saussice catalane avec des haricots, …

    Pour rapport aux accidents, il y a une comparative pour chaque 100000 heures d’activité; il y a 44 blessés en faisant des castells, environ 560 le football, 300 le basketball, 410 le hand-ball; et pour le gravement des blessés, on a le 17.5% aux châteaux, le 11% au football, le 26% au karate ou le 32% au handball.

    Pour finir, tout le monde a son lieu dans les châteaux, soit à la base, le tronc, couronnement, soutiens … peu importe si on est infant, adolescent, jeune ou âgé, …, haut ou bas, gros ou mince, femme ou homme, tout le monde est necessaire et a une tâche pour contribuer à monter le château; c’est avec la collaboration de tous qu’on réussi à atteindre le but.

  12. avatar
    Puigaubert

    posté le 31 décembre 2012 @ 20 h 30 min

    Brennos, pour le SemprEnDanvat et le catalans dans les RR,

    si tu me permets mon avis et en tenant en compte de l’injustice de généraliser, je joue normalement en France et je n’ai jamais eu un problème avec les modérateurs, au contraire, dans la zone espagnole et internationale, j’ai souvent eu des problèmes avec les moderateurs (et Badger p.e. est témoin). En généralisant (et je sais que c’est injuste parce qu’il y a de bons moderateurs et dans tous les cas moderer n’est pas une tâche facile) je crois que les moderateurs espagnols sont plus intransigeans, plus tords et moins flexibles que les moderateurs français.

    Sinon, il est possible de jouer en catalan mais il faut mettre une traduction espagnole; mais si on joue en espagnol il ne faut pas de mettre la traduction catalane. Par consequent, les deux langues sont officielles mais il y a une discrimination pour le catalan. On est conscient de que Celsius n’est pas une ONG et qu’il y a seulement 12 million de parlants catalans (approx. comme els suèdois, le portugais ou le tchèque et plus que les finnois, danois ou le croate), par 300 millions de parlants espagnols et que la Catalogne est sur un endroit estrategique sur le carte, mais je crois qu’il faudrait un équilibre car il n’est pas obligatoire de jouer en Catalogne et choisit jouer là on doit tenir compte des particularitiés; par exemple on pouvrait avoir quelques régles où on devrait parler le catalan et pas exclusivement l’espagnol.

  13. avatar
    Puigaubert

    posté le 31 décembre 2012 @ 20 h 36 min

    Yoyo, pour ta réponse à SemprEndavant et Catalogne est Espagne,

    Je ne suis pas d’accord, la Catalogne est « dans l’Espagne » mais la Cataloge n’est pas « l’Espagne ». On pourrait être dans le France ou l’Italie et ça ne changerait rien mais le « conteneur ». Sinon, on dirait que la Catalogne est dans l’Espagne … pour le moment… et les catalans sommes ceux qui déciderons d’une façon libre, pacifique et démocratique notre avenir. Pas avec les impositions par la force de l’Espagne.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL